52ème anniversaire du Traité de l’Elysée

Tribune conjointe dans le quotidien Utrinski Vesnik des ambassadrices d’Allemagne et de France, Mme Christine Althauser et Mme Laurence Auer.

JPEG L’anniversaire du traité de l’Elysée qui fête cette année ses 52 ans, nous donne l’occasion de rappeler ce que la France et l’Allemagne ont voulu marquer ensemble en signant un accord historique d’amitié.

Cette année, nous proposons à la galerie nationale du Tchifte Hammam, à travers des photos de l’Institut allemand d’histoire contemporaine, de parcourir l’histoire de l’Europe du XXème siècle. L’exposition « Dictature et démocratie à l’âge des extrêmes » englobe le centenaire de la première guerre mondiale, les 75 ans de la Seconde et le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin.

Mais cette année, nous sommes depuis le 7 janvier sous le choc, d’une tuerie à Paris qui a fait 17 morts, des hommes et des femmes qui étaient journalistes, policiers ou innocentes victimes dans un super marché.

La France et l’Allemagne ont connu la barbarie et nous avons décidé « plus jamais cela ». Nous en sommes sortis plus forts et nous construisons l’Europe sur ces fondements. Cet élan qui nous pousse, inclut les Balkans occidentaux, nous sommes unis pour le redire.

L’attaque de Paris avait pour cible des journalistes. C’est le moment de rappeler que la liberté d’opinion, est un droit garanti juridiquement. La convention européenne des droits de l’homme proclame que « toute personne a droit à la liberté d’expression ce droit comprend la liberté d’opinion, la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières ».

Dans un monde qui semble se disloquer, nous devons travailler ensemble à la préservation des valeurs fondamentales de l’Europe. Dans toute l’Europe, les populistes donnent de la voix laissant augurer l’égoïsme national, l’isolement et l’intolérance. Ce ne sont pas là les valeurs héritées des révolutions pour la liberté de 1789 et de 1989. Ensemble, nous sommes résolus à tenir tête aux démagogues. Cela vaut aussi bien à l’intérieur de nos frontières qu’à l’extérieur : si la France et l’Allemagne ne tirent pas la corde ensemble, tous deux en subiront les conséquences, et avec eux beaucoup d’autres pays. Les « crises des autres » n’existent plus.

La France et l’Allemagne, face à l’attaque de Paris, se sont immédiatement mises en mouvement, dans un cadre européen, pour travailler sur les causes de ces actes innommables et sur les mesures qui peuvent être prises. Le caractère immédiat et opérationnel de notre entente date de 1963, moment où nous avons décidé de regarder ensemble les événements du monde.

L‘Office franco-allemand de la jeunesse est une réalisation importante du Traité de l’Elysée. Nous devons lui être reconnaissants de ce que durant les décennies passées, Allemands et Français ont pu apprendre à se connaître comme jamais auparavant. Lors de la conférence sur les Balkans occidentaux qui s’est déroulée à Berlin en août 2014, tous les participants ont pris la décision de bâtir un Office de la jeunesse pour les Balkans occidentaux sur le modèle de l’Office franco-allemand de la jeunesse. Nous souhaitons que ce projet connaisse le même succès que celui de son équivalent franco-allemand. Depuis 2006, la « journée découverte » fait partie intégrante des activités de l’Office de la jeunesse qui se déroulent aux alentours du 22 janvier. Son objectif est de donner aux élèves, filles et garçons, un aperçu en Allemagne comme en France, du monde franco-allemand du travail, une tâche qui au regard des défis en matière d’intégration professionnelle des jeunes partout en Europe, également en Macédoine, revêt une importance grandissante.

La « journée découverte » doit donner aux jeunes gens qui y participent des perspectives pour leur vie professionnelle future à travers l’apprentissage de la langue de l’autre et l’acquisition de compétences interculturelles. Nous serions heureux si à l’avenir l’Office de la jeunesse pour les Balkans occidentaux permettait également à des élèves de tous les pays de la région d’avoir un aperçu sur les entreprises de chacun des autres pays. Notre partenariat étroit repose sur des fondements nombreux et irremplaçables : de nombreux jumelages entre villes, la normalisation des rencontres, le trafic transfrontalier et bien sûr d’intenses relations économiques.

Les photos de l’exposition franco-allemande montrent quelles luttes il a fallu pour garantir la liberté et la démocratie et abattre les dictatures qui sévissent. Puisse notre 52 anniversaire rappeler ces valeurs dans un monde plus complexe mais où elles gardent toujours autant d’importance.

Dernière modification : 22/01/2015

Haut de page