Conférence sur l’égalité des sexes

Discours de Madame l’Ambassadrice à l’occasion de la conférence sur l’égalité des sexes, à l’hôtel Holiday Inn de Skopje, pour la journée internationale des droits des femmes.

JPEG

Monsieur le Ministre,
Mesdames et messieurs les ambassadeurs et les représentants, chers collègues,
Chère Neda,
Mesdames et messieurs,

Aujourd’hui est le jour des femmes. Tous les jours devrait être la journée de la femme, à savoir une progression vers l’égalité entre les hommes et les femmes. Et c’est de progrès dont je veux parler. Améliorer la situation sociale et économique de la femme revient à améliorer le développement du pays. Toutes les études économiques ou sociales réalisées sur le sujet le démontrent amplement.
Améliorer la position de la femme ne revient pas seulement à proclamer des droits dans des textes internationaux plus ou moins contraignants, c’est aussi et surtout assurer à ces droits, une effectivité, une réalité, qui seule pourra assurer l’égalité entre les hommes et les femmes.

Le temps a passé depuis que Olympe de Gouges écrivit en 1791 le tristement prophétique article X de sa fameuse Déclaration des droits de la femme : « La femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit également avoir celui de monter à la tribune ». Si heureusement la peine de mort a été abolie tant en Macédoine qu’en France, et que les femmes ont désormais le droit de voter et d’être élues, il reste énormément de travail à faire pour que les femmes soient effectivement représentées dans les élections municipales et nationales.

La représentation politique est l’amorce d’un changement plus profond et plus global. Si l’offre politique offerte aux citoyens s’enrichit d’une composante féminine à l’égal des hommes, nous pouvons espérer des changements dans l’égalité salariale, dans le traitement des carrières et une meilleure représentativité au sein des conseils d’administration. Il ne s’agit pas d’imposer mais de permettre aux femmes qui le souhaitent d’avoir les mêmes ambitions que leurs homologues masculins. Il faut donc modifier les coutumes et les habitudes, ce qui est nettement plus difficile que de changer les lois. Certes on peut utiliser les outils juridiques habituels, en particulier les quotas. Il me semble indispensable aujourd’hui de placer des politiques de quotas afin de diversifier le profil des candidats. Cela doit valoir non seulement dans le cadre politique mais aussi dans le cadre de la haute-administration ou des conseils d’administration. Là encore, la pratique et les études démontrent amplement que seul ce biais offre une chance réelle, effective, aux femmes et introduit ainsi le souffle du changement dans les pratiques et les habitudes figées du monde politique ou des affaires.

Toutefois, pour réussir une intégration sociale et politique des femmes, nous devons connaître avec précision le tissu social ainsi que les obstacles existants. Ceci constitue l’objectif d’un projet développé par l’association Reactor et l’Ambassade de France. Dans quelques semaines, nous vous présenterons une étude globale sur le statut de la femme en Macédoine, identifiant les contraintes sociales, économiques, juridiques et politiques faisant obstacles à une meilleure représentativité des femmes au niveau local. Nous espérons beaucoup de cette étude, nous connaissons déjà de manière globale les difficultés, désormais nous en aurons une lecture fine, permettant d’agir efficacement.

L’Ambassade de France a remis le 8 décembre 2014 son prix annuel des droits de l’homme à l’association « Conseil national pour l’égalité des sexes » récompensant son immense et historique travail auprès des femmes en situation de grande précarité afin que ces dernières reprennent confiance et deviennent des acteurs économiques. C’est là, je crois, l’autre démarche à accomplir. Les femmes sont les premières victimes des crises sociales et des violences du quotidien, il faut garder cela à l’esprit et rendre hommage aux associations qui luttent sans relâche contre le fléau des violences faites aux femmes.

Un des objectifs de cette journée est de générer de nouvelles réflexions autour de la nécessaire promotion de la femme au sein de la société. Si durant les discussions, vous avez une idée, un projet novateur, sachez que vous trouverez avec moi et les services de l’Ambassade un partenaire attentif.

Je vous souhaite d’excellents travaux. Merci.

Dernière modification : 09/03/2015

Haut de page