"EU breakfast" à l’occasion de la Journée de l’Europe 2015

A l’invitation du ministre des Affaires européennes, M. Besimi, en présence de ministre des Affaires étrangères, M. Poposki et par le biais du Secrétariat pour les Affaires européennes, les ambassadeurs des pays occidentaux et membres de l’UE ainsi que d’anciens ministres se sont réunis le mardi 5 mai. Cette rencontre baptisée "EU Breakfast" fait partie des nombreuses manifestations prévues en Macédoine pour la Journée de l’Europe le 9 mai.

JPEG
Discours introductoire de M. Besimi, morceaux choisis :
"L’union de l’Europe est un moment de l’histoire moderne qui a profondément modifié la vie des européens, en apportant la paix et la prospérité, mais nous ne devons pas oublier que cette histoire a demandé beaucoup de courage et d’ouverture aux chefs d’états. L’Union repose sur des valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, la règle de droit et les droits de l’homme. Ces principes sont également dans les traditions, les convictions et les croyances des citoyens macédonien. Toutefois, nous devons également prendre en considération que rien dans l’histoire et dans nos existences ne se fait facilement ou sans avoir à affronter des défis individuels et collectifs. Chaque avancée est un combat pour nos idées, notre vision de l’avenir. L’un des fondateurs de l’Europe, Jean Monnet, en était bien conscient lorsqu’il écrivit dans ses mémoires que chaque crise était en réalité une nouvelle pierre à l’édifice de la construction européenne.
Au sujet de l’élargissement dans les Balkans de l’Ouest et l’Europe du Sud-Est, le processus est en cours depuis un long moment et il se poursuit. Les rapports de 2009 de la Commission européenne indiquent que la Macédoine remplit les critères pour entamer les négociations d’adhésion. Qu’elles ne soient pas encore ouvertes ne doit pas nous décourager ou nous conduire à délaisser les réformes nécessaires.
Notre engagement politique et stratégique euro-atlantique ne peut être revu. Bien qu’il y ait un déclin du soutien du peuple sur la question, la majorité souhaite cette orientation. Cela doit nous encourager et même nous contraindre dans cette voie.

Dernière modification : 11/05/2015

Haut de page