Editorial de l’Ambassadrice Laurence Auer pour les lecteurs du quotidien UTRINSKI VESNIK du 31 décembre [mk]

Une année 2014 créative, confiante et ouverte

Etant d’une nature optimiste et déterminée, je pense toujours que des choses positives vont se produire, ou que nous pouvons faire en sorte qu’elles se produisent, avec de la volonté et un peu d’aide du destin. Si vous me demandez comment je vois la nouvelle année, je pense tout de suite à vous souhaiter, à vous comme individus et à la société, des milliers de possibilités heureuses. Je considère que l’essence d’une année réussie est un mélange d’événements personnels heureux et d’un système social qui garantisse la confiance entre les institutions et le citoyen.

La première garantie est la liberté de choix des individus. Cette liberté des individus, fondement de la démocratie, est d’abord la liberté d’expression, puis c’est la possibilité de faire valoir ses choix et enfin, c’est l’assurance de la dignité, c’est-à-dire la capacité à assurer ses besoins fondamentaux et ceux de sa famille. Cette liberté personnelle est aujourd’hui couplée avec la nécessité de développer une capacité à intégrer les valeurs complexes du monde globalisé, qui doit être un atout et non une fatalité. Enfin, cette liberté va de pair avec la solidarité envers les autres, que ce soit au niveau de la famille ou d’autres communautés vulnérables. C’est précisément pour cela que l’Ambassade de France a créé un prix des Droits de l’Homme qui, cette année, a été dédié à la lutte contre l’exclusion.

J’ai l’honneur d’être invitée à m’exprimer dans un journal, et pour cela, j’insisterai sur la mise en œuvre de la liberté d’expression dans les médias. Deux lois ont étés approuvées par le Parlement, aussi mon désir le plus cher est-il que ces lois soient appliquées dans la confiance, la transparence et, par-dessus tout, dans le but de garantir au secteur des médias de pouvoir jouer tout son rôle dans la société.

Mes vœux pour 2014 vont dans trois directions : soyons créatifs, croyons en nous-mêmes et soyons ouverts. J’ai entière confiance dans les capacités, les talents des hommes et des femmes que je rencontre au jour le jour dans le secteur des industries créatives. Ce sont eux les générations de demain, par exemple les entrepreneurs du numérique, qui tissent l’avenir de la Macédoine – et c’est utile pour l’image du pays à l’extérieur. Je rencontre depuis un an des designers, des architectes, des créateurs de mode ou de vins, qui sont l’atout d’un pays jeune et bien formé. Dans ce numéro, j’ai proposé des articles qui reflètent ces succès. Et je suis sûre que nous pourrions donner beaucoup d’autres exemples.

Dans le monde globalisé de demain, le plus important est de croire en soi, de miser sur l’avenir, et d’échapper aux barrières qui sont souvent seulement des barrières mentales.

La chose que je souhaite qu’on retienne de 2013 pour 2014 est cette dimension planétaire que nous enseigne Nelson Mandela à travers la philosophie de l’Ubuntu, c’est-à-dire le lien universel que partage l’humanité. Il nous apprend la réconciliation et le pardon, sa sagesse est mon vœu pour 2014.

Je vous souhaite, à vous et vos proches, des joyeuses fêtes et tous mes vœux de bonheur, santé et réussite pour la nouvelle année.

JPEG

La version macédonienne de l’éditorial est disponible sur le site du quotidien Utrinski

Dernière modification : 03/01/2014

Haut de page