Voyager en Macédoine

Curiosités, modes de déplacement, communication... Un avant goût de Macédoine !
Tout ce qui peut vous être utile et agréable durant votre voyage, en bref.

Comment se rendre en Macédoine ?

Le moyen le plus simple de se rendre en Macédoine est d’emprunter la ligne aérienne Paris Beauvais - Skopje exploitée par la compagnie low-cost hongroise Wizzair. Il s’agit de la seule ligne directe régulière entre la France et la Macédoine, et qui plus est, la moins chère de toutes les options dans la grande majorité des cas. En planifiant bien son voyage et avec un peu de chance ou de flexibilité, il est souvent possible de trouver des places pour un prix n’excédant guère 30 euros (aller). Les bagages en soute sont en option payante. Comptez en règle générale 50 euros supplémentaires pour une valise de 20kg et 60 euros pour un bagage de 32kg. Même dans ce cas, le vol reste très souvent l’option la moins onéreuse.

D’autres compagnies aériennes assurent une liaison régulière Paris-Skopje à partir de l’aéroport Charles de Gaulle, comme Adria Airways ou Austrian Airlines. En comptant l’escale (à Vienne ou Ljubljana), le vol dure environ 5 heures. Le billet aller au départ de Paris coûte au minimum 150 euros. Il existe également une liaison régulière depuis l’Euroairport (Bâle-Mulhouse) avec Wizz Air. Enfin, la compagnie allemande low-cost Germania assure deux vols par semaine (mercredi et samedi) entre Paris Charles de Gaulle et l’aéroport de Pristina (Kosovo). Le trajet entre Pristina et Skopje est aisé.

Il est également possible de se rendre en Macédoine par le train (liaisons ferroviaires Vienne-Skopje, Budapest-Belgrade-Skopje, Istanbul-Sofia-Skopje et Athènes-Thessalonique-Skopje) ou par l’autoroute E-75 qui traverse le pays (liaison avec Munich, Bonn, Düsseldorf, Stuttgart, Dortmund, Francfort, Vienne, Malmö, Göteborg). Ces options sont en revanche très longues.

Comment communiquer en Macédoine ?

La langue officielle de la Macédoine est le macédonien, langue slave écrite en cyrillique. Elle est proche du serbo-croate et plus encore du bulgare. Dans l’ouest et le nord-ouest du pays, l’albanais est majoritaire. Depuis la révision de la Constitution du 16 novembre 2001, toute langue parlée par au moins 20% des citoyens peut être reconnue en tant que langue officielle.

En conséquence, si toute connaissance en langue slave peut s’avérer utile dans la communication avec les locaux, les locuteurs de l’albanais seront également avantagés dans leur visite du pays. Les citoyens macédoniens, surtout les plus jeunes, parlent la plupart du temps un anglais respectable dans les villes. Les générations qui ont atteint l’âge de 40 ans et plus sont, elles, bien plus à l’aise en serbo-croate, du fait de leur ancienne citoyenneté yougoslave. Ne vous croyez pas à l’abri en déversant des commentaires peu courtois en français ; les locuteurs de la langue de Molière ne sont pas rares chez les anciens ! En outre, vos connaissances en allemand ne seront pas sans utilité en Macédoine, puisqu’elle vous permettront de vous faire comprendre par un grand nombre d’Albanais qui de par leur expérience professionnelle en Allemagne, Autriche ou Suisse, parlent plus ou moins couramment cette langue.

Comment acheter / payer ?

La monnaie de la Macédoine est le Denar, introduit en 1993 (1 Euro= 61 Denars environ). L’Euro est toutefois utilisé pour certaines transactions (loyers). Le denar est de facto indexé à l’euro, ce qui rend le taux de change entre les deux monnaies très stable.

A Skopje, il est possible de retirer de l’argent dans des distributeurs de billets avec une carte bancaire internationale. Vous pouvez également changer vos billets de banque dans la capitale à divers endroits dans des conditions favorables. Un de ces bureaux se trouve immédiatement à votre droite lorsque vous entrez dans le centre commercial où se trouve le grand Ramstore de la ville.

Attention : Les commerces où vous pouvez payer avec une carte bancaire ne sont pas majoritaires, la monnaie fiduciaire étant largement préférée par les locaux dans la quasi-totalité de leurs transactions. A fortiori si vous prévoyez une excursion dans la campagne, retirez ou changez, mais ne vous reposez pas sur votre carte de crédit !

Que peut-on y goûter ? Où acheter ?

La cuisine macédonienne a ses spécialités, que l’on trouve pour la plupart facilement dans un grand nombre de restaurants. Pour ne citer que les recettes les plus connues :
- Тавче гравче ("Tavtché gravtché", "Haricots en plat") : Des haricots blancs marinés dans une sauce à l’huile et servis dans un petit plat en terre cuite.
- Плескавица (Pleskavica, "Pleskavitsa") : Un steak imprégné de fromage fondu.
- Бурек (Burek, "Bourek") : Pâtisserie salée que l’on trouve presque partout dans les Balkans, qui recèle une pâte entre ses nombreuses couches de feuilletage. A acheter en boulangerie ou à n’importe quel stand de trottoir. Le burek existe au fromage blanc local (сирење, sirenje), à la viande, à l’épinard, mais aussi beaucoup de variantes, notamment au chou ou au piment doux.
- Шопска салата (Shopska salata) : Une des salades les plus courantes, constituée de morceaux de tomates, de concombres et de sirenje doux râpé.
- Манџа ("Mandja") : Bouillon épais avec légume et morceaux de viande.
- Сарма (Sarma) : Feuilles de choux fermentées et farcies.

L’offre en produits alimentaires et de consommation est diverse et variée tant à Skopje que dans la plupart des autres agglomérations du pays. Vous trouverez cependant une sélection quelque peu différente selon le magasin dans lequel vous entrez. Ramstore et Vero sont les deux principales enseignes d’hypermarché du pays. La première est turque, et la seconde grecque. Les centres urbains comptent un grand nombre de supermarchés de ville : Kam (Кам), Reptil (Рептил), Ramstore (Рамстор) ou Tinex. Certains d’entre ces derniers peuvent rester ouvert jusque tard dans la soirée.

Chaque ville de Macédoine a un ou plusieurs marchés, dont les étalages se remplissent de denrées diverses et typiques tous les jours de la semaine, et pour certains, de l’année. On peut y acheter toutes sortes d’aliments et fournitures populaires parmi les locaux. Les fruits et légumes de saison sont en général d’une grande qualité gustative et s’y achètent à des prix imbattables (de 0.4€ à 1.2€ /kg) : oignons, aubergines, courgettes, raisin, poivron... C’est également le cas de tous les autres produits locaux : fromage macédonien, miel, pollen, lait (que l’on vend parfois sur le trottoir à la périphérie des marchés), noix, cacahuètes par exemple.
A Skopje, le marché vert est un de ces lieux, et a l’avantage de se trouver tout-à-fait dans le centre ville.

Ne manquez pas de faire un tour à Bit pazar (Бит пазар) en visitant Skopje. Ce marché est le plus grand et le plus ancien de la capitale, et comme son nom le suggère, est largement imprégné d’influence ottomane. Tout comme l’essentiel de Cair (чаир, "Tchaïr", l’ancien quartier), les stands sont peuplés d’Albanais. Dans cette partie de la ville, ne manquez pas de goûter baklavas (on en trouve de différentes sortes) et loukoums.

Parmi les artisanats qui font l’identité de la Macédoine, la spécialité la plus remarquable est probablement l’iconographie. On trouve des icônes orthodoxes dans beaucoup d’endroits, y compris dans des magasins apparemment sans vocation religieuse.

JPEG
Tavche Gravche, et un peu de pain pour saucer !

Que visiter en Macédoine ?

La ville et le lac d’Ohrid, qui ont été placés sous la protection de l’UNESCO, sont des sites touristiques très fréquentés. La première peut se vanter d’un héritage historique exceptionnel de par le rôle de centre religieux et administratif qu’elle a assumé depuis plus d’un millénaire. On trouve dans la municipalité une multitude d’églises orthodoxes (365, soit une par jour dans l’année, comme le veut la légende) dont beaucoup recèlent de magnifiques fresques d’époque. Le lac est remarquable de par la limpidité de son eau, qui permet de voir à travers 23 mètres de fond par temps clair et calme, et le sublime paysage de montagne qui le borde. De nombreuses activités s’offrent à vous en toute saison (randonnée dans le parc national de Galichica, visite du "musée sur l’eau" ) ; allez visiter le célèbre monastère de Saint Naum, ou promenez vous à Trpejca en automne, alors que les femmes tournent l’ajvar (pâte de poivron rouge) dans de grandes bassines à même le sol ! Sur la rive ouest et nord-ouest du lac s’étend la municipalité de Struga, qui offre aux visiteurs (moins nombreux) des églises creusées dans la roche ainsi que de nombreux restaurants.

JPEG
Vue des bords du lac d’Ohrid

Skopje abrite un exemple particulièrement charmant d’architecture ottomane dans чаир (Cair, "Tchaïr") le vieux quartier (rive gauche du Vardar), dont les ruelles pavées, les caravansérails, mosquées anciens hammams ont étés épargnés par le tremblement de terre de 1963. Outre de surprenantes structures de style "Néo-antique", dont une grande quantité de statues, la ville abrite également plusieurs musées dignes d’intérêt (musée d’archéologie, musée national, musée de la ville...) ainsi qu’un jardin zoologique. Si le temps le permet, ne manquez pas de passer voir le sublime canyon Matka, à une demi-heure de bus seulement de la ville. Les autres villes de Macédoine offrent également des expériences particulières aux voyageurs. On peut citer Tetovo et sa mosquée peinte (Шарена Џамија, "Sharena Djamia"), une des deux seules mosquée de ce type au monde, Bitola, lieu d’études militaires de Mustafa Kemal Atatürk, et sa populaire promenade le long de Широк Сокак ("Shirok Sokak") ou encore Krushevo, haut lieu de l’épopée nationale macédonienne, qui instaura de façon éphémère une des premières républiques modernes des Balkans lors d’une révolte en 1903.

JPEG
Les gorges de Matka

Pour les randonneurs, il existe une grande diversité de massifs à explorer en toute saison : parc national de Pelister (montagne Baba), montagnes Shar, parc national de Mavrovo, parc national Galichica, massif de Jakupica, région de Vevchani... Pour en apprendre d’avantage ainsi que télécharger des cartes IGN précises, vous pouvez vous rendre sur le site de Balkan Hiking Adventure (anglais). Il existe de nombreux monastères orthodoxes dans les montagnes, en particulier dans la région de Mavrovo.

JPEG
Le lac de Mavrovo en hiver

En hiver, cette dernière destination ainsi que la station de Popova Shapka, à l’ouest de Tetovo, offrent aux visiteurs leurs infrastructures de ski. L’une (Mavrovo) est dotée de meilleures installations (plus de remontées mécaniques, logements plus abondants et confortables), mais l’autre bénéficie de sa proximité de Skopje (deux heures maximum du centre de la capitale jusqu’au pied des pistes) ainsi que d’un domaine skiable appréciable, malgré le manque flagrant d’investissements depuis la fin de la période communiste, durant laquelle le site était très populaire dans toute la Yougoslavie.

JPEG
Les montagnes Shar en hiver, aux abords de Popova Shapka

Pour les amateurs de vin, la région de Tikves située au sud-est du pays, près de Kadavarci, est à recommander.

JPEG
Une cave de Macédoine

Enfin, deux cimetières militaires français, situés à Skopje et à Bitola, rappellent l’engagement de l’Armée Française d’Orient dans cette région au cours de la Première Guerre Mondiale.

JPEG
Le cimetière de Bitola

Vous pouvez en lire d’avantage sur le site "Exploring Macedonia" (en anglais)

Comment se loger ?

Il y a quelques grands hôtels à Skopje : Aleksander Palace (tél : 00 389 2 3392 392 ou 00 389 2 3392 200), Imperial (tél : 00 389 2 3736 053), Continental (tél : 00 389 2 3116 599), Glam (tél : 00 389 2 3296 700) ou Holiday Inn (tél : 00 389 2 3292 929). On y trouve également des auberges comme la "Get Inn" ou le "Shanti-Hostel". Les principales autres villes du pays ont également des hôtels mais les possibilités sont plus limitées. De même, les réseaux de logement chez l’habitant (Airbnb, Couchsurfing...) sont encore relativement peu développés en dehors de Skopje.

A signaler : les touristes séjournant dans un centre touristique en Macédoine paient une taxe de séjour de 20 Denars par jour.

Pour plus d’information contacter l’Association touristique de Skopje :

Téléphone : 00 389 2 3118 489 - Télécopie : 0 389 2 3230 803

Comment se déplacer ?

Les transports publics sont peu développés à Skopje  : il n’existe pas de métro ni de tramway et le réseau de bus est peu pratique. Il est recommandé de recourir aux taxis, très présents dans les rues de Skopje et peu onéreux (le tarif de départ pour une course inférieure à trois km est de 50 Denars soit moins d’un euro). La meilleure façon de découvrir la ville, comme souvent, reste de se déplacer à pied. Le même diagnostic peut s’appliquer aux autres centres urbains macédoniennes.

Pour vos trajets inter-urbains en Macédoine et dans les pays voisins, le bus est en revanche la meilleure option, avec un grand nombre de villes reliées par plusieurs transporteurs. Toutes les villes significatives du pays sont desservies à partir de la station centrale de Skopje qui abrite également la gare ferroviaire. Des lignes longue distance permettent de rejoindre des villes telles que Ljubljana, Zagreb, Sofia, Belgrade, Pristina ou Thessalonique. Pour consulter les horaires des bus, la liste des gares routières ou trouver les lignes correspondant à vos besoins, veuillez consulter la page internet de BalkanViator

Attention : Il n’est pas possible de réserver une place sur internet. Il vous faudra vous adresser au comptoir (благајна, "blagaïna") de la gare pour acheter un ticket. De même, les opérations d’achat du ticket et d’enregistrement de la place sont distinctes, aussi, lors de l’achat d’un ticket aller-retour, il sera nécessaire de réserver votre place pour le retour auprès du personnel de la gare de destination de votre voyage, le jour de votre retour. L’agent "compostera" alors votre billet, en y inscrivant les coordonnées du bus que vous souhaitez prendre, s’il y reste de la place. En conséquence, consultez attentivement les horaires de bus de la ligne que vous souhaitez emprunter ; et ne soyez pas surpris : à chaque "enregistrement", une petite taxe de gare (de l’ordre de 30 denars) vous sera prélevée pour les frais de fonctionnement de la station.

Le train est très peu développé dans le pays, et reste un moyen de transport marginal pour des trajets au niveau national. Il reste néanmoins possible de se rendre à Bitola, Prilep, en Serbie ou en Grèce depuis Skopje. Le trajet vers Thessalonique est cependant d’une extrême longueur.

En savoir plus sur la Macédoine ?

Ces explications ne sont évidemment qu’un avant-goût à votre voyage. L’internet est rempli d’explications et d’idées sur les lieux et activités qu’offre le pays. En outre, il existe un guide de voyage spécifique à la Macédoine régulièrement réédité par le "petit futé".

Dernière modification : 25/01/2018

Haut de page