Journée de droit comparé franco-macédonien sur la liberté de religion [mk]

Cinquième Journée de droit comparé franco-macédonien organisée grâce à la Coopération Basse-Normandie - Macédoine

Ce cycle a été initié en février 2013. Il vise à confronter les expériences législatives et judiciaires au sein de la France et de la Macédoine avec l’idée que la connaissance scientifique de nos mécanismes internes permette de les améliorer, en particulier dans la perspective de l’intégration européenne.

La journée réunit donc quatre intervenants macédoniens et quatre intervenants français, pour la plupart enseignants-chercheurs à la Faculté de droit Iustinus Primus de Skopje (Macédoine) ou à la Faculté de droit de Caen (France). Ils présentent la liberté de religion, à travers sa conceptualisation et sa mise en œuvre.

Cette Cinquième Journée d’études se tient en présence d’étudiants macédoniens, mais également de 20 étudiants français inscrits en mastère 2 professionnel à la faculté de droit à Caen et spécialisés sur les droits fondamentaux de la personne humaine, qui viennent pour l’occasion en Macédoine.

L’édition de cette année est consacrée à la liberté de religion, garantie par la plupart des traités de droit international, à commencer par la Convention européenne des droits de l’homme (art. 9), trait d’union entre la France et la Macédoine.

JPEG

L’importance de la liberté de pensée, de conscience et de religion a été soulignée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l’homme. D’une façon générale, elle est considérée comme l’une des assises de la société démocratique ; d’une façon plus particulière, les juges voient dans la liberté religieuse un élément vital contribuant à former l’identité des croyants et leur conception de la vie. En réalité, la Cour européenne des droits de l’homme a élevé la liberté de religion au rang de droit substantiel de la Convention, d’abord indirectement puis de façon plus directe.

Dernière modification : 09/12/2015

Haut de page