L’INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER EN MACEDOINE

Le stock d’IDE en Macédoine est estimé à 4,4 Md EUR fin 2015, soit 48,6 % du PIB. Ce stock a doublé depuis 2006 en raison notamment de la politique d’attractivité menée par les autorités de ce pays. Le stock d’IDE s’accroit en Macédoine en 2015. Toutefois, l’instabilité politique pèse sur le climat des affaires. La majorité des investissements en Macédoine provient des pays membres de l’Union Européenne, dont les Pays-Bas, l’Autriche, la Grèce et la Slovénie. La présence française est modeste, avec 0,9 % du stock total des IDE, faisant de la France le 19ème investisseur dans ce pays. Les principales sociétés françaises implantées sont la Société Générale, Lactalis et la société Freyssinet.

Le stock d’IDE en Macédoine croît en 2015

Selon la Banque centrale macédonienne (NBRM), le stock d’IDE en Macédoine s’établit à la fin de 2015, à 4,4 Md EUR, soit 48,6 % du PIB. Il suit une tendance haussière ces dernières années. Sa croissance s’accélère en 2015 (9,4 %) après une hausse de 1,1 % en 2014.
Fin 2015, les principaux investisseurs en termes de stock d’IDE sont les Pays-Bas avec 22 % du stock total, l’Autriche avec 12 %, la Grèce avec 11 % et la Slovénie avec 8,5 %.
Les principaux secteurs récipiendaires du stock d’IDE fin 2015 sont les services (1er avec 48 % du stock total) et l’industrie (manufacturing) (2ème avec 35,5 %). Les plus grands investisseurs étrangers sont Johnson Matthey (Grande Bretagne), EVN (Autriche), Okta AD (Grèce), Deutsche Telecom (Allemagne), Kromberg& Schubert (Allemagne), Dräxlmaier Group (Allemagne), Van Hool (Belgique), Société Générale (France), Johnson Controls (USA), KEMET Corporation (USA) et National Bank of Greece.
Les flux d’IDE ont atteint 217 M EUR en 2015, soit 2,4 % du PIB contre 205 M EUR un an plus tôt suite à une hausse des flux en provenance des Bermudes mais aussi des Pays Bas. En 2015, les principaux investisseurs en termes de flux sont les Bermudes (83,5 % des flux), les Pays Bas, la Grèce et l’Allemagne.

Les investissements français sont modestes en Macédoine

Selon la NBRM, le stock d’IDE français s’éléverait à 41 M EUR fin 2015, soit 0,9 % du stock total, faisant de la France le 19ème investisseur en Macédoine. Ce stock a légèrement augmenté par rapport à 2014, alors qu’un désinvestissement a été enregistré par la NBRM en 2013
La Société Générale est implantée en Macédoine depuis le rachat d’Ohridska Banka, investissement à l’origine de l’essentiel du stock français d’IDE dans ce pays. Lactalis dispose d’une unité de fabrication de fromages (IdealŠipka) via le groupe croate Dukat. ADPm est (indirectement) présent via son rachat d’une partie de TAV qui opère les aéroports de Skopje et Ohrid. Publicis est par ailleurs présent depuis plusieurs années. De plus, un certain nombre de sociétés françaises basées en Macédoine ont une compétence régionale, telles que Freyssinet, APAVE et EGIS. A signaler également l’ouverture d’un point de vente en mars 2012 par Mr Bricolage (investisseur bulgare) et l’ouverture d’un hôtel IBIS par le groupe ACCOR.

La politique d’attractivité menée par les autorités a porté ses fruits mais l’instabilité politique commence à peser sur le climat des affaires

Petite économie ouverte, la Macédoine mène une politique active d’attraction d’investissements étrangers. Membre de l’OMC (2003) et du CEFTA, le pays a également conclu des accords de libre-échange avec l’Ukraine et la Turquie ainsi que plusieurs accords bilatéraux de coopération économique et commerciale. La Constitution macédonienne garantit un traitement égalitaire des investisseurs étrangers et nationaux. La Macédoine se démarque par une politique d’attractivité dynamique. Des zones franches de développement industriel et technologique ont été créées offrant des exonérations d’impôts et des subventions pour les coûts de construction. Les IDE attirés par cette politique concernent des secteurs tournés vers l’exportation et permettent de moderniser l’appareil de production du pays via le développement du secteur manufacturier, une diversification et une montée en gamme des exportations.
La Macédoine connaît actuellement une situation politique tendue qui pèse sur l’activité économique et sur l’investissement. La dynamique positive liée aux IDE dans les zones franches ralentit et réduit leur contribution à la croissance.

Malgré la politique d’attractivité pratiquée par les autorités macédoniennes, les incertitudes politiques affectant la Macédoine constituent maintenant un frein à l’investissement.

PNG

Dernière modification : 24/04/2017

Haut de page