Séminaire sur l’Europe [mk] [sq]

Le 25 janvier s’est tenu le séminaire « La coordination administrative et ministérielle dans le cadre de la préparation des négociations européennes : des recettes pour réussir ».

Dans son discours d’ouverture, l’ambassadeur a souligné que la France souhaitant s’impliquer concrètement aux côtés de la Macédoine dans son chemin pour consolider les compétences, avec nos autres partenaires engagés en faveur d’une construction européenne fidèle à ses valeurs :

JPEG

Monsieur le vice-premier ministre,
Mesdames et messieurs les députés,
Chers collègues,
Mesdames et messieurs,

C’est pour moi une joie et un honneur que d’ouvrir ce séminaire en ce lieu et en des circonstances historiques pour l’avenir européen de votre pays.

Nous partageons le même espoir et la même conviction que la Macédoine du nord a maintenant accompli un nouveau pas décisif pour construire son avenir européen.

A Aix-la-Chapelle cette semaine, nos dirigeants français et allemands avec leurs parlements ont renouvelé leur détermination commune à poursuivre une construction européenne pragmatique et efficace, fondée sur l’état de droit et la solidarité effective entre ses membres.

La France est restée, y compris durant les années les plus difficiles, à vos côtés comme un partenaire exigeant mais déterminé à vous aider sur ce chemin. Elle a maintenu ses experts dans une structure essentielle, persuadée que de meilleurs moments viendraient.

Ils sont là aujourd’hui et nous avons souhaité donner corps à la promesse du président Macron au Premier Ministre Zaev à Sofia de vous aider de manière concrète à vous préparer efficacement aux nouveaux défis qui vous attendent.

Je remercie tous ceux et au premier rang notre expert François Lafond, qui se sont mobilisés pour ce premier séminaire : le but est d’aider nos amis macédoniens à prendre toute la mesure des défis organisationnels et autres, notamment pour la coordination, que représentera l’ouverture des négociations d’adhésion.

Comme le dit le proverbe chinois, il s’agit non pas de donner le poisson mais d’aider à prendre le poisson !

Après une période de tractations politiques internes, difficiles et inévitables, il est maintenant temps de revenir à l’agenda des réformes : le domaine judiciaire, la lutte contre la corruption, et aussi la très attendue loi contre la discrimination, qui n’est pas secondaire mais hautement symbolique d’un attachement aux valeurs de notre Union, sont des chantiers ouverts et dont l’accélération facilitera les décisions à prendre par les États-Membres et que vous attendez avec une impatience compréhensible.

A cet effet, le sens de l’intérêt général devra prévaloir sur les intérêts de partis afin que l’ensemble du système politique apparaisse comme raisonnablement fonctionnel. Cela ne gèle naturellement pas une saine compétition démocratique. Mais cela doit nous convier ensemble à nous concentrer sur l’essentiel en mettant en œuvre une véritable réconciliation nationale.

Je ne parlerai pas de la loi sur les langues car elle n’entre pas dans les exigences de l’Union européenne. Toutefois, le comportement de chacun en ce domaine devra être respectueux de l’avis de la commission de Venise. Le billet d’entrée dans l’Europe c’est le respect du droit.

La France sera à vos côtés dans ce chemin escarpé pour consolider les compétences, avec nos autres partenaires engagés en faveur d’une construction européenne fidèle à ses valeurs fondatrices.

Je vous souhaite plein succès dans ces travaux et saisis l’occasion pour redire aux membres du Secrétariat notre estime et notre amitié, à commencer pour l’infatigable vice-premier ministre qui porte cette nouvelle étape avec un engagement sans faille.

Dernière modification : 11/02/2019

Haut de page