Objectifs COP21 : Présentation du projet en partenariat avec le PNUD

En route pour Paris 2015 !
Sensibilisation des médias aux enjeux environnementaux

Intervention de Madame l’Ambassadrice le 25 juin 2015.

PNG

Monsieur le Ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire,
Cher Nurhan IZAIRI,
Madame la Représentante résidente du Programme des Nations-Unies pour le Développement à Skopje,
Chère Louisa Vinton,
Monsieur le Président de l’Association Go Green,
Cher Marko Sokolovski,
Mesdames et messieurs les rédacteurs en chefs,
Mesdames et messieurs les représentants de la presse macédonienne,
Chers Amis,

Je suis très heureuse de vous accueillir ce matin à la Résidence de France pour discuter de la prochaine organisation à Paris, du 30 novembre au 11 décembre 2015, de la 21ème Conférence des Parties sur le changement climatique, la COP21 et des actions qui ont déjà été initiées et qui se maintiendront jusqu’à la fin de l’année en Macédoine pour accompagner cet évènement international.

Qu’est-ce qu’une « Conférence des Parties » ?
Il s’agit du principal organe de décision de la Convention-cadre des Nations-Unies pour le changement climatique. Cette conférence, la COP, se réunit habituellement une fois par an pour négocier les progressions de la convention-cadre.

La 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), ou COP21, va rassembler près de 40 000 participants – délégués représentants chaque pays, observateurs, membres de la société civile... Il s’agit du plus grand événement diplomatique accueilli par la France et également de l’une des plus grandes conférences climatiques jamais organisées. La responsabilité de la France est double :
• Comme pays hôte de la conférence, la France va devoir accueillir les participants dans les meilleures conditions de travail, de transports, d’hébergement ;
• Occupant la présidence de la conférence, elle aura à faciliter les débats entre pays et assurer un fonctionnement transparent et inclusif du processus de négociation.
L’enjeu est de taille : il s’agit d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’impulser/d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone. Pour cela, le futur accord devra traiter, de façon équilibrée, de l’atténuation – c’est-à-dire des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement global à 2°C - et de l’adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants. Ces efforts devront prendre en compte les besoins et capacités de chaque pays. Enfin, l’accord doit entrer en vigueur à partir de 2020 et devra être durable pour permettre une transformation à long terme.

En Macédoine, de nombreux acteurs interviennent déjà : les institutions, au premier rang desquelles le ministère chargé de l’environnement – et je souhaite ici, Monsieur le Ministre, saluer votre engagement et celui de vos équipes, qui permettent à la Macédoine d’être d’ores et déjà à un stade avancé de la préparation des négociations et de l’Alliance de Paris, par rapport aux autres pays des Balkans. Pour parvenir à ce stade avancé, imaginer et définir les modèles prédictifs des effets du changement climatique sur le pays, et les moyens d’atténuer ou de répondre aux conséquences du changement climatique localement, les institutions bénéficient du soutien de nombreux acteurs : l’Union européenne bien sûr, qu’il s’agisse de cadrage stratégique ou de fonds mis à disposition, mais aussi le PNUD, la GiZ, USAID ou, en bilatéral, d’autres postes diplomatiques : la Suisse, l’Allemagne ou la Suède, par exemple. Je souhaite ici les remercier.

La société civile et plus encore la jeunesse macédonienne a un rôle fondamental à jouer. C’est la raison pour laquelle ce poste a décidé d’apporter un appui, à l’issue d’un appel à projets, à la plateforme associative GO GREEN, afin que le grand public soit davantage sensibilisé à ces questions et que la jeunesse puisse tout à la fois examiner les opportunités professionnelles du changement climatique et de la croissance verte, que de sentir concerné par les défis du changement climatique en Macédoine. Merci, Marko Sokolovski, pour le travail déjà effectué, et vous savez pouvoir compter sur cette ambassade pour renforcer la visibilité de vos actions et dynamiser encore cette approche.

Mais la population macédonienne a clairement besoin de disposer de plus d’informations sur ces sujets. Plus que jamais, le rôle des médias est important pour convaincre chacun que le changement climatique, c’est l’affaire de toutes et de tous. C’est pour cela qu’en partenariat avec le PNUD et avec l’aide du ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire ou de Go Green, l’Ambassade de France en Macédoine a souhaité développer un projet, cette année, visant à renforcer la connaissance des citoyens macédoniens sur le changement climatique, par l’intermédiaire des médias.
Bertrand Millet vous présentera un peu plus tard le projet dans son intégralité, mais retenez-en déjà la philosophie : en organisant des ateliers à destination des journalistes macédoniens conçus comme des espaces d’échanges et d’informations informels, ou toutes les questions peuvent être posées, il s’agit pour nous, pour moi, de permettre à tous les citoyens macédoniens, qu’ils habitent en ville ou dans les campagnes, au nord comme au sud du pays, de mieux connaître les enjeux du changement climatique. De participer, à leur niveau, aux actions qui seront conduites dans le pays. Dès mercredi prochain, un café débat ouvert au public se tiendra justement à l’Institut français sur la question des comportements à changer, et des façons de faire changer les comportements.

Mesdames et Messieurs les représentants des médias,
Votre rôle est fondamental. La COP21, Paris2015, ce sont des sigles bien sûr, des négociations diplomatiques, techniques, qui peuvent apparaître complexes à traiter, et encore plus à transmettre au grand public. Le premier atelier à destination de vos journalistes accueillera ainsi Monsieur Yves LEERS, responsable de la rubrique environnement de l’agence nationale de presse française AFP pendant de nombreuses années, ayant couvert plusieurs générations de « COP » : nous avons souhaité initier le projet par un échange entre pairs sur les meilleures façons de traiter ce type d’information pour intéresser le public. D’autres ateliers viendront ensuite à la rentrée, et un jury, composé de représentants des différentes institutions partenaires et de Monsieur Yves LEERS, le journaliste français, sélectionnera parmi les productions éditoriales audiovisuelles et de la presse écrite, les deux journalistes qui auront produit les contenus qualitativement les plus intéressants pour les récompenser d’unprix consistant en un séjour à Paris pour couvrir la COP21. Pensez d’ores et déjà à faire vos demandes d’accréditation !

Cette maison, la Maison de la France et des Français, est ce matin une « maison commune » à tous les citoyens de la Terre, une maison ouverte à tous les échanges, à toutes les questions. Ce matin, nous faisons ensemble le premier pas vers Paris2015 et vers une prise de conscience de tous les citoyens des enjeux du réchauffement. Dans quelques jours, les objectifs de la Macédoine pour lutter contre le changement climatique seront mis en débat avec la société civile.

Monsieur le Ministre, Madame la Représentante résidente, chers amis de Go Green, je sais que vous comme moi, vos équipes comme les miennes, seront toujours disponibles pour expliquer un chiffre ou une information auprès des médias. C’est le concept à la base de ce projet. C’est tout l’enjeu de Paris 2015.

Je vous remercie.

JPEG

Dernière modification : 22/07/2015

Haut de page