Présentation du projet franco-allemand « La population en Macédoine au temps de la première guerre mondiale »

Allocution de l’Ambassadrice à l’occasion de la présentation du projet franco-allemand « La population en Macédoine au temps de la première guerre mondiale », Vendredi 5 décembre 2014, 12h30, Centre informatif de l’UE.

JPEG - 102.4 ko
Présentation du projet franco-allemand

Madame l’Ambassadrice d’Allemagne, Chère Christine,
Monsieur le Président de l’Association des Professeurs d’histoire,
Cher Monsieur Mladenovski,
Chers professeurs d’histoire,

Je suis très heureuse d’être aujourd’hui avec vous, en ouverture de la présentation de ce projet qui s’inscrit dans la commémoration du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Nous l’avons réalisé en partenariat avec l’Ambassade de d’Allemagne, l’Office franco-allemand pour la jeunesse et leur représentant en Macédoine, l’association Loja. Ce projet a bénéficié de l’appui du Fonds franco-allemand de manifestations en pays tiers et nous sommes très fiers de l’avoir réalisé avec l’Association des professeurs d’histoire de Macédoine, elle-même partenaire du réseau européen Euroclio.

La rencontre qui a eu lieu l’année dernière avec M. Besnik Emini, Vice-Président de l’Association macédonienne des professeurs d’histoire, nous a semblé tout à fait intéressante et opportune comme point de départ. L’idée d’associer dix professeurs d’histoire sur le thème de la Première Guerre Mondiale, de leur demander d’explorer et d’effectuer des recherches sur cette période un peu tombée dans l’oubli, avec l’aide bienveillante et le savoir-faire d’experts français et allemands et dans le but de produire un document didactique commun, tel est le défi que nous nous sommes fixés au départ.

Tout au long de cette année, suite aux séminaires qui ont eu lieu en juin et octobre avec la participation d’experts de l’Office franco-allemand pour la jeunesse, la conception du projet a évolué : partis d’une vision plus générale, l’attention des professeurs s’est portée sur la situation de la population locale pendant les quatre années de guerre, volet qui a été assez peu traité. Les participants du projet se sont ensuite consacrés à la recherche de sources historiques pouvant témoigner de la vie quotidienne des populations civiles sur le territoire de l’actuelle Macédoine. C’est à travers des lettres, des cartes postales, des photographies, des écrits et des témoignages que nos amis enseignants ont essayé de nous restituer les souffrances des hommes et des femmes dans cette époque trouble et conflictuelle.

La présentation des travaux que nous percevions au départ comme une publication, a été refondue pour prendre la forme d’un site et d’un e-book dont nous avons eu un aperçu très convaincant au mois d’octobre. J’ai presque hâte de voir la version complète de ce futur outil didactique que les élèves et le large public pourront

La France et l’Allemagne ont donné une impulsion pour revisiter ces temps passés, pour rappeler que, outre les armées, les batailles et les lignes du Front, des témoins muets ont subi les événements historiques, les changements, les aléas les exactions, les manques… J’espère que les recherches entreprises dans ce projet ne s’arrêteront pas aujourd’hui et qu’ils pourront se poursuivre afin de donner une pleine lumière sur cette page de l’Histoire.

Nos activités sur le Front d’orient se poursuivront en 2015 avec plusieurs activités marquantes en perspective :

  • le montage d’une exposition qui tournera dans les grandes villes en Macédoine,
  • la création d’un espace muséal au Cimetière français de Bitola en lien avec le Mémorial de Caen, une visite de haut niveau…

Je souhaite vraiment vous remercier tous pour votre participation
et votre contribution à ce devoir de mémoire par lequel nous adressons un message fort à toutes les générations, un message de paix, de tolérance et de respect d’autrui.

Mme l'ambassadrice de france à Skopje et l'ambassadrice d'allemagne à Skopje - JPEG

Dernière modification : 08/12/2014

Haut de page