Séminaire "Villes nouvelles dans les Balkans : une reconstruction pour quel futur ?" à Skopje

Le mardi 17 mai s’est déroulé à Skopje le séminaire "Villes nouvelles dans les Balkans : une reconstruction pour quel futur ?", organisé avec le soutien du Fonds d’Alembert et en coopération avec la Faculté d’architecture de l’Université Saints Cyrille et Méthode.

Cet événement fut l’occasion d’échanger avec les éminents professeurs Jacques Lévy, Vlatko Korobar et Ljupco Risteski sur l’avenir des grandes villes des Balkans pour les 30 prochaines années. Les questions de la protection de l’environnement, des relations inter-communautaires, de la révolution numérique ou de la lutte contre les inégalités sociales et spatiales ont notamment été abordées.

JPEG

L’ouverture officielle du séminaire, organisé avec le soutien du Fonds d’Alembert et en coopération avec la Faculté d’architecture de l’Université Saints Cyrille et Méthode, s’est tenue en présence de l’ambassadrice Auer et du ministre de l’Environnement et de l’aménagement du territoire, M. Bashkim Ameti.

JPEG

Retrouvez le compte-rendu du séminaire et les 10 propositions pour l’avenir des villes des Balkans retenues lors du séminaire en cliquant sur les liens suivants : lien lien

Revivez aussi le discours de l’ambassadrice dans son intégralité :

"Monsieur le Ministre
Chers professeurs
Chers participants
C’est un grand plaisir pour moi d’inaugurer ce séminaire sur les villes nouvelles dans les Balkans, qui vient à point nommé dans les réflexions menées actuellement sur l’évolution de l’espace urbain dans les grandes capitales. Ce projet, soutenu par l’Institut français de Paris dans le cadre du fonds d’Alembert pour promouvoir le débat d’idées sur des sujets d’actualité, prend une signification toute particulière aujourd’hui puisqu’il nous permettra de débattre avec d’éminents spécialistes de la question français et macédoniens, tout autant qu’avec le grand public, et les jeunes générations en particulier.
Au travers de l’exemple de deux capitales des Balkans : Skopje en Macédoine (ARYM) et Pristina au Kosovo, marquées par des conflits, des destructions et des processus de reconstruction spécifiques, cette journée vise à interroger la place et le rôle que ces villes occupent dans l’espace social et politique.
M Jacques LEVY, géographe de renom que nous sommes ravis d’accueillir à Skopje, donnera également une conférence à Pristina jeudi. L’analyse des éminents professeurs et intervenants macédoniens, présents ici, nous sera également extrêmement précieuse pour comprendre les trajectoires d’évolution possibles.
Chaque ville reflète les singularités des communautés qui l’occupent. Patchwork d’histoires, de civilisations, de coutumes, elles constituent un objet d’études passionnant pour éclairer le passé et tracer des visions pour l’avenir.
Je sais combien la ville de Skopje, meurtrie par le tremblement de terre de 1963, a dû trouver les ressources et les moyens d’une reconstruction presque totale, ayant à faire face à de nombreux défis pour reloger les habitants et permettre à la ville de renaître de ses cendres. En cinquante ans, la ville aura connu des transformations considérables, voire de véritables métamorphoses, connaissant une extraordinaire accélération de son rythme d’urbanisation et des choix marqués, depuis quelques années, par une volonté de reconfiguration identitaire. Nous connaissons les défis auxquels sont confrontées la plupart des villes, en termes de lutte contre la pollution, d’expansion anarchique ou encore de ségrégation sociale liée à des aires d’habitat différenciées. Cet héritage du passé, dicté par des choix économiques, sociaux et aussi politiques, ne doit cependant pas nous empêcher de regarder vers le futur.
Je suis ravie que nous puissions, tout au long de cette journée, nous interroger sur de nouveaux concepts tels que celui de ville intelligente, ou celui de « smart cities » qui ambitionne de transformer les villes de demain autour de thématiques comme l’innovation, l’efficience énergétique, les mobilités douces, la qualité de vie, la citoyenneté ou l’habitat intelligent...Le témoignage par visio-conférence de M Pierre Gilliard nous éclairera sur la nouvelle démarche de la région Aquitaine et de la ville de Bordeaux pour utiliser les technologies numériques au service des citoyens.
Je pense en effet, malgré la complexité du sujet, que nous devons être porteurs d’un enthousiasme, certes critique, mais aussi créatif. Le défi du changement climatique, la lutte contre les gaz à effet de serre, l’engagement de chaque Etat, suite à la conférence de la COP 21, à mettre en œuvre des mesures ad hoc, constituent des enjeux importants pour la Macédoine. Je suis certaine que les propositions qui résulteront de cette journée de débat seront riches et passionnantes.

Je vous souhaite de fructueux débats."

Dernière modification : 27/05/2016

Haut de page