Visite à Skopje de Monsieur Brice Lalonde, conseiller spécial des Nations-Unies sur le développement durable

Introduction de Mme Laurence Auer, ambassadrice de France, en ouverture de la conférence de Monsieur Brice Lalonde, conseiller spécial des Nations-Unies sur le développement durable, devant l’Académie diplomatique, Ministère des affaires étrangères le mercredi 9 septembre 2015.

JPEG

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Conseiller spécial des Nations Unies pour le développement durable,
Cher Brice Lalonde,
Chère Adelina Marku, Madame la directrice de l’Académie diplomatique,
Mesdames et Messieurs les diplomates,
Mesdames et Messieurs, représentants des médias et de la société civile,

Je suis très heureuse d’être à nouveau parmi vous aujourd’hui pour reprendre ce cycle de conférences de haut niveau à destination des diplomates macédoniens. Après des interventions sur le protocole, la diplomatie économique ou la diplomatie de crise, aujourd’hui, c’est d’environnement dont il va être question, un sujet qui rassemble tous les autres. En effet, il n’y a pas d’enjeu diplomatique aussi important et qui touche autant de sujets à la fois, sur le plan économique, stratégique, les négociations d’environnement prenant une importance toute particulière cette année pour la France.
Les questions environnementales, le changement climatique, l’aide au développement sont des enjeux cruciaux pour les diplomates. Elles font partie intégrante des grandes questions géopolitiques actuelles : si l’on regarde le dérèglement climatique par exemple, il y a fort à faire pour nous autres diplomates pour discuter, négocier, anticiper, penser l’avenir entre crises, opportunités de développement, déplacements de population, bref, prendre dans nos portfolio ces grands enjeux qui, il y a quelques années encore, semblaient loin de terrains d’action.
La France accueillera, du 30 novembre au 11 décembre prochain, la prochaine conférence des parties sur le changement climatique, la COP21. Près de 40.000 personnes sont attendues à Paris, du côté des gouvernements bien entendu, mais également de la société civile et des médias. L’enjeu est clair : il s’agit d’éviter que la planète ne se réchauffe de plus de 2 degrés dans les prochaines décennies. Pourquoi ? Pour éviter un impact dévastateur sur toutes nos sociétés, sur toutes nos cultures, sur toutes nos économies.
Le Secrétaire général des Nations Unies M. Ban Ki Moon, était récemment à Paris lors de la conférence des Ambassadeurs. Il expliquait ainsi que tous les ambassadeurs de France étaient aujourd’hui également des ambassadeurs des Nations Unies pour la préparation de cette conférence. Car c’est une mobilisation sans faille que nous demande le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius pour convaincre, mobiliser, intéresser les gouvernements des pays dans lesquels nous travaillons, mais également la société civile, les médias, les entreprises, tous acteurs de la lutte contre le dérèglement climatique. « There is no Plan B because there is no Planet B » a dit M. Ban Ki Moon.

Monsieur le Ministre, je sais que votre pays se mobilise, et je souhaite vous en féliciter, pour la préparation de cette conférence. Le ministère de l’Environnement a déjà transmis les engagements de la Macédoine pour Paris 2015, engagements qui vise à réduire la croissance des émissions de CO2 de 30 à 36% par rapport à ce que serait cette croissance si on ne faisait rien. Il restera maintenant à Paris, et même avant par le biais de consultations informelles et de réunions intermédiaires, à entamer les négociations sur le financement des politiques d’atténuation, sur les mécanismes de solidarité à imaginer au niveau planétaire, sur un cadre à penser pour les 30 prochaines années…

Bien entendu, le rôle des diplomates ne va pas s’arrêter à Paris. La diplomatie environnementale est désormais bien installée ; des équipes de négociateurs se réunissent en permanence. C’est pour cette raison que nous avons souhaité vous offrir la possibilité de bénéficier des enseignements, de l’expérience de Monsieur Brice Lalonde aujourd’hui sur ce thème.

Brice Lalonde est une personnalité engagée depuis de nombreuses années sur les questions environnementales. Ancien ministre de l’Environnement, il est surtout depuis quelques années une sorte d’ambassadeur planétaire sur les questions du changement climatique  : ambassadeur chargé des négociations sur le changement climatique pour la France pendant de nombreuses années, il est aujourd’hui conseiller des Nations Unies sur le changement climatique. Surtout, j’ai toute confiance en lui pour qu’il vous apporter une vision mondiale, globale de ce qu’est le changement climatique. Loin des doxas, des a priori économiques, politiques, sociaux, Brice Lalonde va évoquer auprès de vous aujourd’hui cette nouvelle, ou plutôt récente diplomatie. Je souhaite le remercier infiniment d’avoir accepté notre invitation et je vais lui laisser sans tarder la parole.

Auparavant, je souhaiterai remercier également le ministère des Affaires étrangères pour l’organisation de cette conférence et, tout particulièrement, l’Académie diplomatique, Monsieur le Ministre, et sa directrice, Madame Adelina Marku qui a organisé tout cela de main de maître.

Je vous encourage vivement à visiter le site de la COP21, www.cop21.gouv.fr pour en savoir plus sur Paris 2015 et à vous rendre sur le site de notre ministère des affaires étrangères qui, y-compris dans sa version anglaise, inclut de nombreux contenus didactiques et innovants sur le sujet.

Je vous remercie.

Dernière modification : 10/09/2015

Haut de page